Nouvelles

Nos plus récentes nouvelles et chroniques

Rédigée par Linda Sabourin

Le plus grand problème dans la communication, c’est qu’on écoute pas pour comprendre, on écoute pour répondre.

Avoir du courage au travail c’est : oser dire les choses difficiles quand cela le demande.  C’est de prendre les décisions qui s’imposent pour le bien commun de l’entreprise, du groupe ou des personnes même si cela risque de ne pas être populaire.  Dans notre dernière capsule, nous avons abordé la PRÉPARATION face à une conversation difficile qui représente un facteur important de succès.  Dans cette deuxième capsule, nous aborderons les éléments clés à prendre en compte PENDANT vos conversations difficiles afin de vous permettre d’avoir l’impact voulu.

Questions du Coach

Pendant la conversation, POUR MOI-MÊME:

EST-CE QUE MES PROPOS REFLÈTENT CLAIREMENT MON INTENTION?  Est-ce que je veux expliquer, clarifier , obtenir un engagement, influencer, recommander, etc?

QU’EST-CE QUE JE RESSENS ACTUELLEMENT FACE À LA SITUATION ET AUX RÉACTIONS DE L’AUTRE?  Suis-je conscient(e) de ce que cela vient toucher et qui m’appartient?  La présence à soi demeure une clé essentielle pour être en mesure de prendre une distance émotive et tenir des propos constructifs pour ainsi éviter d’être sur la défensive.

QU’EST-CE QUI SE DÉGAGE DE MA PRÉSENCE?  Suis-je conscient(e) de mon non-verbal?  Est-ce que ma posture, mes gestes et ma voix (ton, volume, débit) reflètent ce que je dis?  Car s’il y a une incohérence entre le verbal et le non-verbal, soyez assuré(e) que c’est le non-verbal qui prendra le dessus!  

 

Pendant la conversation, FACE À L’AUTRE:

DANS QUELLE MESURE J’UTILISE L’ÉCOUTE ACTIVE?  Est-ce qu je suis à l’écoute du non-verbal de l’autre?  Suis-je en mesure de lui refléter ce que je sens?  Suis-je en mesure de bien reformuler ses propos pour assurer une bonne compréhension?  Bref, est-ce que l’autre se sens reconnu, considéré et compris pour être ouvert à ce que je veux lui dire?  Car sans une réelle écoute, il est difficile d’espérer que l’autre soit ouvert à entendre notre message.  L’écoute demeure toujours VOTRE PRINCIPALE CLÉ pour avoir de l’impact dans vos communications.

DANS QUELLE MESURE J’UTILISE LES QUESTIONS OUVERTES?  Lorsque l’on pose des questions ouvertes, cela amène l’autre à s’engager car il ne peut pas répondre juste  par oui ou par non.  Cela permet également de valider de quelle façon il reçoit notre message et de l’encourager à réagir.  Cela nous empêche de faire un monologue et de garder l’autre passif.

COMMENT J’UTILISE LES SILENCES?  Le silence est d’or!  On recommande d’attendre minimalement 3 secondes avant de poursuivre la conversation suite aux propos de l’autre.  Il faut donner de l’espace si l’on veut lui permettre non-seulement de réagir mais de se sentir écouté.  Par ailleurs, prévoir des moments de silence suite à certains de vos propos est également essentiel pour permettre à l’autre d’assimiler ce que l’on vient de dire et de réagir pour ainsi réellement s’engager au lieu de rester passif.  Certes cela peut sembler inconfortable mais on vous encourage à l’essayer car le silence, tout comme l’écoute active, demeure une clé importante.  C’est ce que font d’ailleurs les meilleurs orateurs et négociateurs.

Ce sont les ingrédients de base pour vous aider lors de vos conversations difficiles.  Bien évidemment, selon le type de conversations, il conviendra d’adapter le tout et de pousser encore plus loin votre réflexion.

 

 

 

 

 

  • Partager :